Unité pastorale du Kerkebeek

  • Paroisses Sainte-Suzanne et Sainte-Famille (Schaerbeek)
  • Paroisses Notre-Dame et Saint-Vincent (Evere)
  • Paroisse Sainte-Elisabeth (Haren)
   
Home Nos chantiers La rénovation de l'église Sainte Suzanne est sur les rails
La rénovation de l'église Sainte Suzanne est sur les rails

La rénovation de l'église Sainte Suzanne est sur les rails

Depuis longtemps on l'attendait… Depuis peu, on s'y prépare… Et maintenant, c'est parti ! Les travaux de rénovation ont commencé.

Mais au fond, pourquoi a-t-on entamé ces travaux ? Il y a déjà bien longtemps, des chutes de fragment de béton ont été constaté au pied des grands vitraux coté Latinis. Dans un premier temps, la FE (Fabrique d'Eglise) fit placer des filets sur ces vitraux pour empêcher les débris de blesser ceux qui utilisent les sous-sols de l'église. Mais cela ne suffisait pas, et des travaux important devenaient inévitables, hors de portée de nos ressources financières. C'est alors que la FE introduisit un dossier auprès de la Commission des Monuments et Sites afin de faire classer l'église… Ce qui fut fait. Dès lors, des travaux sur un monument classé pouvaient être subsidiés à 80 % par la région, et à 20 % par la commune.

Et que va-t-on faire ? Il fallait donc définir dans un premier temps ce qui serait fait : une rénovation extérieure s'imposait, mais ne fallait-il pas penser également à ce que serait une rénovation intérieure, pour assurer une cohérence entre les deux ?. Dans un premier temps, la FE était maître d’œuvre. Une série de test furent effectué en 2006 pour évaluer l'état du bâtiment. Il apparut très vite qu'il fallait oublier la rénovation intérieure, au vu du montant élevé qui serait déjà absorbé pour l'extérieur. Mais il apparut aussi que, même si la structure du bâtiment est très solide, en beaucoup d'endroit, des fragments de béton sont prêts à tomber. Cela a conduit à un choix douloureux : soit on ferme l'église tout de suite, ainsi que tous les locaux situés sous l'église, soit on demande à la commune de faire placer un « tunnel » pour accéder à l'église. (Ces tunnels qu'en langage courant, nous appelions « échafaudages ») C'est la  solution « tunnel » qui a été adoptée. Je remercie ici la commune d'avoir réagi au quart de tour, mais aussi d'avoir accepté de construire des « tunnels » supplémentaires pour l'accès aux salles, au Patro et Baladins ainsi que l'accès aux locaux donnant sur la plaine rouge. Cela malgré un coût très élevé pour ces protections qui nous ont permis de continuer une vie paroissiale active.

Combien de temps cela va-t-il durer ? Les travaux ont commencé dès le mois de juin 2015, et sauf imprévu, devraient durer environ 3 ans. Les travaux évolueront en différentes phases. Nous sommes actuellement dans la première phase : arrière de l'église et côtés des sacristies. Les autres phases se succéderont ensuite : la façade latérale « Glycines », la tour et le parvis, et pour terminer, la façade latérale « Latinis ». Les toitures seront également refaites et isolées au cours de ces phases.

L'ouverture du coeur : A l'heure où j'écris ces lignes, ce volet du chantier a pris un peu de retard, mais reste à l'ordre du jour. Le pourtour de ce vitrail contient encore du verre coloré, mais il faudra restaurer le centre. Des vitres opalines placées à l’extérieur protégeront le vitrail et atténueront un peu la clarté de celui-ci.

Comment cela va-t-il se passer ? Un tel chantier ne se déroule pas sans imprévus : après nettoyage ou après démontage, certains défauts sont apparus plus importants (ou moins importants) que supposé. Il n'était pas possible de le prévoir avant le démarrage du chantier, et il faut donc régulièrement réorienter la stratégie pour certains détails. C'est la raison pour laquelle une réunion se déroule chaque mardi après-midi avec l'architecte, l'entrepreneur, la commune (qui est maintenant maître d’œuvre) et la FE. Cela permet de vérifier que tout se déroule comme prévu, et de réagir rapidement aux imprévus rencontrés pendant la semaine. A chaque fois, une partie de la réunion se déroule sur les échafaudages. Cela permet à l'architecte de vérifier que lorsqu'on retire « ce qui ne tient pas », on n'enlève ni trop ni trop peu. En effet, pour un monument classé, on doit garder un maximum des matériaux d'origine, et toutes les opérations effectuées doivent être réversibles.

Aurons-nous des inconvénients ? Dire non serait mentir! Mais tout est fait pour réduire les nuisances au minimum. C'est aussi un des rôles de ces réunions de chantier : la FE est là pour faire prendre conscience de ce qui est important pour la vie de la paroisse, mais aussi des mouvements de jeunes, des locations de salle… L'entreprise et l'architecte nous font part de leurs contraintes… Et c'est ensemble qu'on cherche des solutions qui puissent le mieux convenir à tous.

Réjouissons nous de vivre ce temps, avec ses fragilités, mais qui nous permet d'écrire une nouvelle page au sein de notre Unité Pastorale.

Christian Hovine.

 

Videos

Kerkebeek: dernier numéro

Septembre 2018
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30